Se Sentir Mieux

Ajuster son alimentation et son mode de vie,
pour se sentir mieux.

Vivre sans gluten

Pour de nombreuses personnes, la vie sans gluten est un pas nécessaire vers l’amélioration de la santé.  Que l’on soit diagnostiqué malade coéliaque ou pas, les recherches montrent clairement que cette protéine a un effet néfaste sur l’intestin grêle, et que les sequelles peuvent être nombreuses.

Mais comment faire?  Dans la société moderne d’aujourd’hui, où le pain, les pâtes, les biscuits, et les céréales dominent presque tous les repas, comment trouver un nouveau mode de vie « normal » quand on a tant l’impression de nager à contre-courant?  Et quel est le rôle des produits sans gluten, trouvés en magasins d’aliments naturels ?  Comment négocie-t-on les sorties au restau et toutes les autres rencontres sociales ? Comment gére-t-on un régime sans gluten pour un enfant ?

L’approche «Paléo»

Sur toute son évolution, les recherches scientifiques montrent que l’Homo sapiens a connu sa période dans l’ère précédent la révolution agriculturelle (c.à.d. lors de l’ère paléolithique).   Aujourd’hui, on ne tâche pas de recréer une vie identique à celle de l’époque en question — (ce serait, en effet,  absurde) —  mais plutôt de réfléchir aux grandes lignes directrices qui différencient l’alimentation et la vie moderne de celles de l’homme paléolithique, et de retrouver une logique paléolithique à la manière de faire, là où c’est possible.

Sont donc touchés par cette approche: notre alimentation, nos habitudes au niveau du mouvement, notre rapport à la nature, notre utilisation de la technologie, et plus encore.  Il s’agit d’un retour de l’homme à son état le plus « naturel »… à sa forme « animale » parmi tant d’autres.

L’ « AIP »

L’ « AIP » est une variante de l’alimentation et le mode de vie Paléo, élaborée par Dr Sarah Ballantyne.  Visant à apporter un soulagement aux nombreux symptômes des nombreuses maladies autoimmunes, il s’agit d’une alimentation qui supprime — pour une certaine période en tout cas — tout aliment potentiellement inflammatoire, et qui préconise une densité nutritionnelle maximale.  Au niveau du mode de vie, l’ « AIP » implique une gestion active du stresse, la poursuite d’un sommeil de qualité, une pratique appropriée de mouvement, et une prise de conscience de l’impact de son environnement sur sa santé et son bien-être.  L’ « AIP » n’est pas un remède à la maladie autoimmune, mais une approche pour mettre en rémission sa maladie, afin de vivre mieux et plus longtemps, malgré elle.

Je peux vous accompagner ?

Vous souhaitez être accompagné(e) par quelqu’un qui est déjà passé par là ?  Je partagerai tout ce que j’ai appris dans mes différentes formations, mais aussi tout ce que j’ai appris de ma propre expérience personnelle (y compris plus récemment avec mes enfants).